Réinventer les centres-villes

0
78

Nombre de collectivités locales cherchent depuis plusieurs années à enrayer le déclin des centres-villes et des principales rues commerçantes. La pandémie de Covid-19 a amplifier le phénomène et la question est dorénavant d’avoir une approche plus radicale, sous peine de les voir disparaître au profit des grands centres commerciaux.

Les centres-villes se vident

L’histoire nous a appris que les transformations des villes et des modes de vie avaient une progression lente ; mais qu’elles s’accéléraient en cas d’épidémies, avec la possibilité de voir disparaître une civilisation. Si nous n’en sommes pas là, ce que nous vivons aujourd’hui est tout de même un avertissement sévère pour notre mode de vie. Nous sommes  actuellement confrontés à la perspective que certains de nos centres-villes pourraient disparaître, et en particulier les petites entreprises indépendantes fermées définitivement, en raison de l’impact suite au Covid. Par habitude ou par faiblesse, nous nous accrochons à
notre système de gouvernance centralisé, avec la conviction que les centres-villes sont tous axés sur le commerce de détail. La réalité est plus complexe.

De nombreuses expérimentations ont été effectuées depuis 2 décennies. Il s’agit de reprendre les bonnes pratiques. Faire face aux défis des développements commerciaux dans les zones périphériques aux dépends des magasins de centres-villes qui se vident.

Il est pour autant important de noter que les centres commerciaux ne sont pas seuls responsables du déclin des centres-villes. De nouvelles formes de commerce de détail ont participé à leur désaffection, aidées par des autorités locales impuissantes et épuisées. Des développeurs agressifs, des institutions financières puissantes, et une certaine préférence du nouveau aux dépends de l’ancien ont permis de remplacer les commerces historiques de détails par de grands groupes, des franchises nationales – voire internationales, et des agences immobilières.

D’autres solutions existent pourtant

En Allemagne des sites industriels abandonnés ont été reboisés ou transformés en lacs, comme par exemple autour de villes comme Dortmund dans le parc Emscher.
Au Royaume-Uni, le développement des friches industrielles a été subventionné et l’activité dispersée. En novembre 2000 le rapport « Nouvelle vie dans les petites villes »  (www.bridgend.gov.uk/media/1127/revitalising-the-heart-of-maesteg-town-centre-strategy-action-plan.pdf) mettait l’accent sur les initiatives locales telles que les marchés de producteurs et les festivals.

Des expérimentations sur des villes comme Portsmouth et Leeds ont permis de constater les bénéfices suite à la rénovation du centre-ville et à la mise en place d’une série d’outils de mesure d’impact. Leurs centres-villes ont vu une montée de l’affluence en soirée pendant la semaine, avec des achats liées au festif et une prévalence pour les dépenses liées à l’expérience, et à l’engagement social (commerces de Ressourcerie, AMAP). Presque un retour en arrière mais en intégrant les codes et les usages d’aujourd’hui : des commerces certes locaux et engagés, mais tout de même visibles sur Internet pour les achats en ligne et sur les réseaux sociaux pour communiquer.

Méthodologie des quatre A

Pour connaitre le bilan de santé d’un centre-ville, les collectivités peuvent utiliser la méthodologie des quatre A : Accès, Action, Attractions, Aménagement.

Action : Les autorités locales devraient utiliser la puissance du numérique pour favoriser la relance. La cartographie aidera à établir des priorités, comme l’identification des zones isolées et défavorisées. Lister les commerces et les lieux de restauration et les mettre en évidence. Il s’agit d’une des premières démarches de type SmartCity.

Accès : Ré allouer l’espace et donner la priorité aux déplacements actifs (marche et vélo). Il s’agit d’apprivoiser les voitures et de promouvoir des transports publics mieux intégrés. Réaffecter l’espace routier tel que l’a fait Copenhague est une piste de réflexion. Elle peut être couplée à du stationnement de courte durée plus facile ou gratuit sur certaines périodes de la journée. Les autorités locales doivent faciliter le retour des consommateurs en centre-ville en leur rendant des zones de stationnement gratuites à l’extérieur de la ville ; Une gratuité également envisageable pour les transports en commun en cas de déplacements pour des achats en centre-ville. Cette possibilité a pour objet de concurrencer à l’identique ce qu’offrent les centres commerciaux.

Attractions : Réduire le nombre de magasins vides ou redondants, et repenser l’équilibre entre commerces, lieux de travail, centres communautaires et espaces sociaux. Les centres-villes mono-activité composés uniquement de banques, d’agences immobilières ou de restaurants attirent moins de monde que ceux ayant réussi à mélanger les offres. Les consommateurs aiment avoir à disposition le choix. Les autorités locales devraient reprendre les bâtiments clés s’ils restent vides trop longtemps, et favoriser l’implantation de commerces en sous représentation sur la zone à développer.

Aménagement : Favoriser les lieux privilégiés. Certaines rues et quartiers ont un caractère distinct ; Il convient de les maintenir pour leur spécificité et mettre en place des axes de passages vers d’autres rues et quartiers avec une offre différente. C’est par le développement de la circulation que se renforce l’intérêt du centre-ville. Certains événements ponctuels festifs peuvent venir en renfort et améliorer l’attrait des commerces. Autant de décisions politiques pour raviver le plaisir de revenir en centre-ville.

La réponse aux attentes des consommateurs-citoyens

Sans surprise, les consommateurs dépensent plus dans des lieux où il existe un plus large choix et où il est facile de se rendre. Autant d’éléments qui correspondent à l’offre de valeur des centres commerciaux.
Les collectivités doivent avoir à l’esprit ces paramètres pour refaire vivre leurs centres-villes. Et le moment est venu de repenser l’utilité du centre-ville dans l’économie et dans le lien social.

LAISSEZ UNE REPONSE

Ecrivez votre commentaire
Entrez votre nom ici