Trencube dans La Tribune

À l’aube du déconfinement, Trencube mesure l’affluence en temps réel dans les lieux publics

le 20/04/2021 12:03 — latribune.fr

Fondée en 2013, Trencube a mis au point une technologie de mesure d’afflux de personnes, en temps réel, dans les lieux accueillant du public comme les salles de sport ou les boutiques. Commercialisé depuis juin 2020, son boîtier Vigie Covid se base sur le nombre de smartphones présents dans une zone de 30 mètres. Historiquement, l’entreprise toulousaine développe depuis ses débuts des capteurs d’optimisation qui récoltent des données d’affluence au sein de zones piétonnes et d’enseignes. Le déconfinement et les jauges de fréquentation provisoires se présentent comme une opportunité pour cette TPE toulousaine.

Mesurer automatiquement et en temps réel l’affluence au sein des enseignes ? C’est ce que propose TrenCube. À l’heure de la Covid-19 et du respect des jauges sanitaires, l’entreprise toulousaine a imaginé VigieCovid, un boîtier capable de mesurer dans l’immédiat le nombre de personnes présentes dans un lieu accueillant du public. Branchée sur une simple prise, cette petite machine, de la taille d’un livre, fonctionne grâce à la détection des smartphones de manière anonyme et selon la réglementation de la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés). Capable de repérer les appareils en marche dans un rayon de 30 mètres, le capteur multiréseaux, se connecte seul aux serveurs.

« Lorsque les salles de sport avaient rouvert après le premier confinement, VigieCovid permettait aux clients de voir en temps réel et en avance, avant de s’y rendre, le taux de fréquentation de leur établissement », cite en exemple Guillaume Lebret, cofondateur de TrenCube ».

Pour différents lieux publics

Pour y parvenir, les professionnels qui ont accès aux données via un site web, peuvent les partager avec leurs clients sur leur site internet ou page Facebook. Ces derniers ont accès aux informations de passage de façon continue et toute l’année.

Conçu au départ pour les salles de sport qui souhaitaient rassurer leurs adhérents, VigieCovid peut également convenir aux commerces, musées, bibliothèques, cinémas et autres, qui devront respecter un certain taux de remplissage dès leur réouverture. L’outil peut aussi être utilisé afin d’adapter les horaires d’ouverture ou l’emploi du temps des employés selon le taux d’affluence.

« Par exemple, le capteur est actuellement utilisé par des sociétés de nettoyage qui souhaitent optimiser leurs interventions selon le niveau de fréquentation », illustre le président de la société ».

Dérivé d’un premier outil de comptage

Développé au début de la pandémie de la Covid-19 et commercialisé aux professionnels depuis juin 2020, Vigie Covid est inspiré du boîtier traditionnel de TrenCube. Également imaginé et assemblé à Toulouse, il se branche de la même façon et est équipé d’une puce 3G ou 4G qui lui permet de se connecter sur n’importe quel réseau téléphonique disponible. Le capteur fonctionne aussi selon le principe de détection des smartphones.

Contrairement à Vigie Covid qui envoie les données en temps réel, le boîtier original lui, les cumule tout au long de la journée et communique un rapport une fois par jour. Cependant, le premier produit de la société donne des analyses « fines » telles que le trafic devant la vitrine d’une boutique, le nombre de clients qui entrent, le temps passé à l’intérieur, etc. Ces informations sont intégrées et calculées par les équipes de TrenCube. Créé en 2014 par la structure toulousaine, ce premier capteur est principalement orienté vers le secteur du retail.

« Nous nous sommes aperçus que nous pouvions apporter le même type d’information que Google Analytics, mais dans le monde réel, plus particulièrement pour les commerces. Les données récoltées permettent au commerçant de voir si le parcours client est optimisé ou non, mesurer les opportunités d’achat grâce au temps passé dans la boutique et ainsi, d’améliorer les techniques de vente, la satisfaction client et la rentabilité ».

Aujourd’hui, l’outil d’optimisation peut également convenir aux collectivités qui souhaitent réaliser du comptage de piétons ou de l’analyse de flux. Toulouse Métropole a utilisé la technologie dans plusieurs de ses rues du centre-ville telles que la rue Saint-Rome, la rue Gambetta, ou encore la rue de la Pomme en 2019.

« Le capteur peut servir à mesurer l’amélioration des flux de piétons via les axes rénovés. Les boîtiers permettent aussi de justifier les décisions politiques prises au sein d’une ville comme la piétonisation de certaines rues. Par exemple, à Toulouse, lorsque la rue d’Alsace-Lorraine est devenue piétonne, plusieurs commerçants ont contesté la décision. Aujourd’hui, les allées sont très fréquentées et propices au commerce ».

Une année 2020 compliquée

Les deux produits sont proposés à la vente ou à la location aux mêmes tarifs. Les prix varient selon la quantité de solutions souhaitée. Par exemple, pour une location, il faut compter 149 euros (HT) par mois et par boîtier. Le prix d’achat d’un capteur est fixé à un peu plus de 2 500 euros.

TrenCube compte une cinquantaine de clients. Ces derniers sont principalement des commerces franchisés de grandes chaînes ou des CCI, métropoles et régions. Aujourd’hui, près de 500 boîtiers sont en service, dont plus de 60 % achetés, majoritairement en France, mais également en Suisse, Belgique et Afrique du Nord. L’entreprise qui a une capacité de production de 400 boîtiers par mois souhaite débuter la commercialisation de ses produits en Allemagne à court terme.

Installée au cœur de Ville rose, au sein du quartier Compans-Caffarelli, TrenCube compte cinq employés. En 2019, elle a réalisé un chiffre d’affaires avoisinant les 500 000 euros. En 2020, son activité commerciale a été à l’arrêt durant de nombreux mois, tout comme celle de ses clients, entraînant une baisse de chiffre d’affaires. Afin de se relancer et améliorer ses services, elle souhaite renforcer ses boîtiers existants et lancer un nouveau produit pour la rentrée 2021.

« Aujourd’hui, nous travaillons sur la robustesse de nos outils face aux extinctions brutales de courant électrique. En parallèle, nous développons une plateforme qui a pour vocation d’aider les managers de centre-ville. En plus des données fournies par les capteurs, ils disposeraient également d’informations sur la revitalisation du centre-ville. L’outil ne servira pas seulement pour les statistiques, il amènera aussi des idées, testées et approuvées aux quatre coins du monde, pour redonner de la vitalité aux commerces », esquisse Guillaume Lebret.