https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/la-nouvelle-eco-vigie-covid-le-boitier-qui-interesse-la-metropole-de-rouen-1602658964

Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : « Vigie Covid », le boîtier qui intéresse la Métropole de Rouen

Par , France Bleu Normandie (Seine-Maritime – Eure)

Le boîtier « Vigie Covid » permet de mesurer une affluence en temps réel, en se basant sur le nombre de téléphones portables présents dans un lieu donné. Installé pour rassurer les clients dans une salle de sport de Petit-Quevilly, d’autres structures se montrent intéressées.

Le boîtier permet de détecter et de compter le nombre de personnes qu'il y a dans les lieux qui reçoivent du public.
Le boîtier permet de détecter et de compter le nombre de personnes qu’il y a dans les lieux qui reçoivent du public. – Trencube
C’est un appareil qui existait déjà, mais qui a été adapté à la situation sanitaire. « Nous faisons depuis 2014 des boîtiers qui permettent de détecter et de compter le nombre de clients qu’il y a dans les lieux qui reçoivent du public », explique Guillaume Lebret, cofondateur et dirigeant de Trencube, qui fabrique ce boîtier, renommé « Vigie Covid ».

Le boîtier détecte les smartphones

L’entreprise a été contactée par une salle de sport de Petit-Quevilly (Seine-Maritime), qui souhaitait, en raison de l’épidémie de coronavirus, renseigner ses clients, en temps réel, du nombre de personnes réunies à l’intérieur de son bâtiment. « Cela permet, à distance, de savoir s’il y a du monde ou non dans le lieu, explique encore Guillaume Lebret. Ainsi, vous pouvez avancer ou décaler votre visite. Cela permet aussi au commerçant de glisser sa charge et de faire respecter un peu mieux les distanciations sociales. »

Le boîtier « Vigie Covid » se branche sur une prise de courant et détecte les smartphones dans le lieu où il est branché. Trencube est déclaré auprès de la CNIL et l’appareil ne collecte aucune donnée personnelle, insiste Guillaume Lebret , invité ce mercredi de France Bleu Normandie.

« Nous sommes en discussion avec la Métropole de Rouen, on nous a parlé par exemple de la Foire de Rouen, poursuit-il. On peut penser aussi aux centres de dépistage, cela peut être intéressant de savoir si on va faire trois heures de queue ou si on peut y aller dès maintenant pour être pris en charge immédiatement. »